Bonjour Lola, qui es-tu?

Je m’appelle Lola Tinnirello, j’ai 27 ans et je vis à Lyon depuis peu. Je suis illustratrice, graphiste et sérigraphe, et en tant qu’artiste, on me connait sous le nom de Laho.

As-tu été formée pour ce que tu fais aujourd’hui?

Oui, j’ai fait un BTS de graphisme à l’ESAA Duperré à Paris et un an en école d’art à Lisbonne. Ensuite je suis rentrée en France pour continuer en master de graphisme spécialisé dans la couleur à l’IUP de Montauban .

Comment en es-tu arrivée à la sérigraphie?

J’ai vraiment appris la sérigraphie avec Séripop, un duo d’artistes contemporains basés à Montréal, alors que j’étais en dernière année d’études. Je me suis fabriqué un atelier sérigraphie DIY, et c’est comme ça que j’ai commencé à imprimer mes propres dessins et éditions.

À quel moment as-tu décidé de te lancer en solo?

J’ai fait ce choix après quelques mois à Paris dans le design textile chez Coco de Forget-me-not. Au début c’était un peu l’angoisse, mais maintenant c’est super!

Comment procèdes-tu dans ton travail? 

La plupart du temps je dessine depuis mon atelier, que je partage avec d’autres personnes. Je passe aussi régulièrement des journées à sérigraphier, suivant les projets sur lesquels je travaille. Pour moi, le top ce sont vraiment les périodes où je peux varier entre les journées dessin-paperasse à l’atelier, les journées sérigraphie, et les journées réalisation de projets à l’extérieur du genre fresques murales. L’inspiration je la trouve partout, et puis j’ai pas mal de livres et de banques d’images dans lesquels je vais fouiller lorsque je cherche des idées.

Quels sont tes outils indispensables? 

Mes mains, mes feutres Posca, ma table lumineuse, et de la musique!

Comment gères-tu l’aspect plus administratif et financier de ton activité? 

L’administratif j’ai du mal à gérer…je suis affiliée à la Maison des Artistes et c’est encore assez obscur comme système! Au début ça a été compliqué de mettre des prix sur mes boulots, mais j’apprends petit à petit. J’ai de la chance d’être entourée de super amis qui travaillent dans les même domaines, et à qui je peux demander des conseils.

Tu dirais que tu travailles seule ou en équipe?

Pour la création, je travaille seule et de temps en temps en duo avec Téo N’Guyen sous le pseudonyme Cari Medley. Travailler tout le temps seule c’est plutôt chaud, alors suivant les projets je m’associe à d’autres personnes. Ça évite de se couper trop du monde et c’est bonne ambiance!

Des projets en cours dont tu voudrais parler?

En ce moment, on est toute une joyeuse équipe à préparer Fanzine Camping, un festival de dessin pour enfants qui aura lieu le weekend du 27 mai à Lyon. Ça s’annonce vraiment bien! Je vais aussi faire ma première exposition solo l’année prochaine à Paris, mais il y en aura surement une autre avant!

Un conseil à donner à des personnes qui voudraient se lancer comme toi?

Je sais juste qu’il est nécessaire de ne pas avoir peur de sauter dans le vide parce que la vie, c’est aussi ça! Après tout dépend des caractères, chacun gère les choses à sa façon.