Bonjour Isabelle et Eugénie, comment vous-êtes vous rencontrées?

Nous avons fait connaissance à Paris en 2008, lors de notre première année d’études en design graphique à Lisaa, l’Institut Supérieur d’Arts Appliqués. Ça a tout de suite collé entre nous!

Racontez-nous un peu vos parcours.

Eugénie: Après avoir obtenu mon diplôme,  je suis partie étudier à Maryse Eloy pour parfaire la direction artistique. J’ai ensuite fait mon stage de fin d’études aux Pays-Bas, au sein du Studio Boot, où j’ai pu expérimenter les champs du design graphique plus librement.

Isabelle: De mon côté, après Lisaa, je me suis penchée sur l’univers de la vidéo. J’ai fait un stage dans un studio d’habillage télé, où j’y ai appris tous les aspects techniques. Ça a été le point de départ de mon travail dans le motion design.

Si vous deviez vous définir respectivement…

Eugénie: Mon surnom, c’est IGY, et j’ai 26 ans. Mon truc c’est le print design. Les matières m’intéressent énormément. J’ai pour passions la mode et l’architecture, ce qui ouvre les champs du possible à ma créativité.

Mon travail en illustration est caractérisé par un trait naïf et par un manque d’application assez enfantin. Cette signature, je l’ai développée et affirmée aux Pays-Bas, où la pratique du design graphique est très libérée. Avec le temps ma démarche est devenue plus artistique, et j’ai trouvé dans la porcelaine un medium pour m’exprimer et laisser mon univers s’émanciper.

 

Isabelle: Moi c’est Isabelle ou Izaz. J’ai 28 ans et je suis freelance autodidacte en motion design. Ce que je ne connais pas m’intrigue, pire, m’intéresse! Aujourd’hui c’est le design textile qui me passionne.

Toutes les disciplines au fond sont des sources mutuelles d’inspiration et de connaissances. J’aime bien explorer des motifs via la modélisation 3D, m’inspirer des textures de certains vêtements pour une illustration par exemple.

 » Toutes les disciplines sont des sources mutuelles d’inspiration et de connaissances. »

Comment est né votre studio Epolet?.

Eugénie: C’est après mon passage aux Pays-Bas que nous avons décidé de créer Epolet. Nous étions toutes les deux en quête de créativité, et nous ne voulions pas enfermer nos envies créatives dans une entreprise qui ne nous correspondait pas.

À l’origine de cette structure, il y avait vraiment une envie de partager des univers graphiques qui nous ressemblent, et notre passion commune pour la mode, le graphisme et la décoration.

Y-a-t-il une signature Epolet ?

Notre style de vie, et notre vision commune, c’est de pouvoir changer de supports et de travailler sur des formats généreux et nobles, afin de nous exprimer librement. La signature Epolet,  c’est une ‘orgie chromatique’ qui respire la joie. Nous considérons notre univers comme libre, rythmé et ludique, et nous revendiquons une mode sans prétention.

Vous travaillez plutôt en solo ou en équipe?

Ce que nous préférons, c’est travailler ensemble.  Le fait de partager et de créer en direct, c’est ce qui nous plaît. Pour les carrés de soie, nous concevons chacune un modèle. Nous échangeons et proposons des solutions à l’une comme à l’autre. Nos textures et nos motifs passent d’une paire de mains à l’autre pour donner plusieurs visions, à chaque fois c’est une nouvelle surprise.

Isabelle: Les porcelaines en revanche, c’est le travail personnel d’IGY. Elle les a développées avec son “igygraphie”, son language et sa géométrie mystères. Moi je fais des colliers et de la couture.

« La signature Epolet,  c’est une ‘orgie chromatique’ qui respire la joie. »

Où  puisez-vous votre inspiration, et comment procédez-vous dans votre travail ?

Ce qui nous entoure, la vie de tous les jours nous inspire. Une forme, une matière, une texture, une personne croisée dans la rue, en voyage, un lieu, un bâtiment… Nous mémorisons tout grâce à la photographie et à nos petits dessins que nous seules comprenons. Dans nos créations nous utilisons la plupart du temps une texture, une illustration et une photo. Nous aimons cette association qui regroupe trois éléments artistiques qui nous passionnent.

Quels sont vos outils indispensables ?

Nos feutres, nos pastels gras, notre peinture, la suite Adobe, notre bibliothèque, nos placards, de la patience et de la folie, et bien entendu la partie droite de nos cerveaux.

« Nous utilisons pour nos créations une texture, une illustration et une photo. Nous aimons cette association d’éléments artistiques qui nous passionnent. »

Comment faites-vous pour gérer le coté plus business et administratif de votre activité ?

Nous avons dû apprendre à gérer une société, ce qui n’a pas été une mince affaire. Nous sommes épaulées par un comptable et par nos proches. Nous nous sommes lancées dans l’aventure Epolet pour apprendre tous les jours. C’est chose faite !

Avec qui rêvez-vous de faire une collab’?

Nous aimerions beaucoup travailler avec Peter Pilotto. L’univers de cette marque nous correspond totalement, tant au niveau du design graphique que de la coupe et du stylisme de toutes leurs collections.

Des projets en cours ou futurs dont vous aimeriez parler?

En ce moment nous travaillons sur une nouvelle collection, la collection #4. Deux nouveaux foulards vont voir le jour ainsi que de nouveaux supports. On ne veut pas en dire plus, pour ne pas gâcher la surprise!

Site web d’Epolet

Instagram

Facebook