Bonjour Etienne et Pierre-Alexis, pouvez-vous nous raconter l’histoire de Kerzon?

Nous sommes deux frères issus d’une fratrie de 5 enfants. Nous avons créé Kerzon fin 2013 en souvenir d’une maison dans laquelle nous avons passé une grande partie de nos vacances quand nous étions enfants et dont nous voulions retrouver les parfums si particuliers et uniques. Nous avons développé depuis une collection de soins pour le linge et la maison, déclinés en pochettes, en bougies et en brumes parfumées.

Où et comment faites-vous fabriquer vos produits?

Tous nos produits sont fabriqués en France par des artisans passionnés. Les pochettes sont montées à la main par des femmes et des hommes en état de handicap, qui ne peuvent pas travailler en milieu « ordinaire » mais  qui souhaitent exercer une activité professionnelle. C’était une volonté de notre part, que ce projet familiale soit vecteur d’insertion, d’échange, de curiosité et que la famille s’agrandisse.

En quoi vos produits sont-ils particulièrement adaptés aux personnalités créatives?

Notre produit iconique, la pochette parfumée, a une image assez désuète dans l’inconscient de nos clients. Nous voulons en proposer une version contemporaine avec des matières premières de qualité et des codes plus actuels pour que l’on soit fier de la montrer et de la garder toujours avec soi dans son sac ou sa valise.

Comment vos collections sont-elles conçues?

Nos nouveautés sont imaginées en collections de 3 parfums. Chaque collection raconte une histoire et s’articule autour d’un univers graphique et olfactif. Nos produits sont en constante évolution, rien est figé c’est un renouvellement permanent.

Quels sont les compétences créatives dont vous avez eu besoin pour mener à bien votre projet ?

Nous avions envie de créer un projet qui nous ressemble et de mettre à profit nos compétences respectives (la commercialisation des produits et la création graphique). Au début du projet, nous avons eu la chance de rencontrer un parfumeur, un nez qui travaille dans une très belle maison de matières premières pour la parfumerie. Elle nous a fait confiance et a tout de suite compris ce que nous cherchions et où nous voulions aller. C’était magique !

Êtes-vous ouverts à des collaborations avec des créatifs, et si oui, lesquels?

Oui nous sommes toujours curieux de rencontrer de nouvelles personnes, des illustrateurs, des graphistes, des artistes, des parfumeurs…

C’est indispensable en temps que créatif de faire appel à d’autres artistes, de confronter ses idées, d’être capable de savoir où sont nos limites et de questionner les connaissances des autres. Nous sommes d’ailleurs en train de travailler sur un nouveau projet de collection qui sera régulièrement alimentée par de nouveaux parfums associés chacun au travail d’un(e) artiste.