« Hit the Road est un collectif d’athlètes de Parkour, unis dans la performance et dans la création visuelle. »

 

Salut Paul, Clément, Leo et Nico. Si vous deviez présenter Hit the Road en quelques mots…

Hit the Road est un collectif d’athlètes de Parkour, unis dans la performance et dans la création visuelle. On est 4, avec des approches et des talents différents: photographes, vidéastes, performeurs. On se complète ! L’idée étant de proposer un regard nouveau, en apesanteur, sur l’urbanisme. Une vraie invitation à sortir de sa zone de confort.

Quand a commencé votre aventure, et comment vous-êtes vous rencontrés?

L’histoire a commencé autour d’un voyage en 2012, à travers l’Europe et dans l’objectif de rencontrer les pratiquants du parkour. On partait un mois, avec un sac deux fois large comme nous, plus rempli de caméras que de t-shirts. C’est la où on a trouvé Léo, qui se cachait dans ses montagnes, sautant d’arbre en arbre. On s’est trouvé la même passion et volonté de venir à bout de nos envies.

« Hit the Road, c’est une vraie invitation à sortir de sa zone de confort. »

Parlez-nous de votre approche artistique du Parkour, et des séries photos et vidéos que vous réalisez.

Le parkour c’est un détournement, une transgression de l’ordre établi. L’éveil d’un instinct animal qui nous affranchi des codes comportementaux, et même du bipédisme ! Chaque mur devient un tremplin pour le grand saut ! C’est aussi une belle école de la vie où des problèmes très concrets s’offrent à toi en permanence, ça forge le mental et la détermination! A l’entraînement ou dans les shoots, c’est dans ces moments-là où l’alchimie opère, chacun apporte son petit grain de folie et sa vision pour faire avancer les choses. Quand les uns proposent des idées de mise en scène, les autres se suspendent pour trouver le meilleur angle pour en capturer l’essence.

Quels sont les 3 moments les plus fous que vous avez vécus ensemble?

De toute nos ‘infiltrations’, celle qui nous a conduit dans la zone d’exclusion de Chernobyl. 150 Km de marche en 3 nuits – marcher de jour est trop dangereux à cause des patrouilles militaires – et l’ambiance irréelle et dystopique de la zone reste gravée en nous ! Il y a l’escalade de la Tour Eiffel aussi, de nuit avec tout Paris à nos pieds, en plein hiver et par un froid glacial, qui compte parmi nos meilleurs souvenirs.

Avez-vous été formés pour ce que vous faites aujourd’hui? De quelles compétences créatives avez-vous eu besoin pour développer Hit the Road?

Pas du tout ! On était bien loin de la gestion d’entreprise avec nos licences de Cinéma ! Aujourd’hui on se retrouve à tout faire, de la créa à la gestion de projet. Mais autodidactes du début à la fin, dans la vie comme dans le parkour, pour nous l’expérience de terrain n’a pas prix ! On était sur un terrain vierge justement, pionnier dans le style. Il a fallu voir grand, mais avoir aussi une bonne vision d’ensemble pour garder le cap.

Quelles collabs vous font rêver ?

On rêve de pouvoir se consacrer pleinement à la créa, on aimerait pouvoir déléguer la gestion de contrat à un agent, seulement le domaine est pointu, et en trouver un adapté n’est pas une chose aisée !

Site web de Hit the Road

Retrouvez les aventures du collectif sur

Facebook

Instagram

YouTube