Bonjour Anaïs, Ethipop, qu’est-ce que c’est?

Ethipop est une communauté de créateurs de mode éthique et responsable. Nous nous engageons pour une mode plus juste, car les consommateurs ne veulent plus cautionner les dérives de cette industrie. Avec Ethipop, nous sommes à la recherche d’un équilibre entre l’homme, l’environnement et la société.

Quel est votre concept?

L’idée est de rendre la mode éthique accessible à un large public, tout en offrant de la visibilité aux créateurs qui ont une démarche engagée, que ce soit pour la protection de l’environnement ou encore pour la valorisation d’un savoir-faire local ou étranger. Nous voulions prouver qu’allier l’éthique à l’esthétique est possible, et que l’on peut s’habiller et consommer autrement tout en ayant du style.

Et qu’en est-il des Récupérables?

Les Récupérables, c’est la marque d’upcycling d’Ethipop. Nous voulons revaloriser le textile, et nous conjuguons mode avec récupération. En effet, pourquoi produire plus alors qu’il y a tellement de matières à réutiliser? Nous utilisons des vêtements confectionnés, des tapisseries, des rideaux, des canevas, pour créer des pièces uniques. Kimona, Versus, Flamby sont les modèles phares de notre griffe.

 

Où peut-on vous trouver?

Nous organisons des pop-ups et nous prévoyons l’ouverture du premier point de vente Ethipop, un magasin où les codes du commerce seront réinventés.

En quoi votre concept est particulièrement adapté aux jeunes créatifs?

D’un côté, nous apportons de la visibilité aux créateurs de mode éthique en leur proposant plusieurs plateformes (des pop up stores, bientôt une boutique et un e-shop) qui reflètent nos valeurs communes. Nous les conseillons aussi en image, marketing, communication, vente, en fonction de leurs besoins. De l’autre, nos équipes sont composées de jeunes créatifs en tous genres: couturières, stylistes…

Justement – quelles sont les compétences créatives dont vous avez eu besoin pour développer votre projet?

Tout d’abord, nous avons dû créer une identité visuelle forte, qui a été développée par Laura (Brown), la co-fondatrice d’Ethipop. Laura a su créer une communauté au sein de laquelle nos valeurs éthiques sont défendues avec ferveur.

Quant à moi (Anaïs), je suis devenue créatrice par la force des choses. Je travaillais dans un point de vente solidaire où je sélectionnais les vêtements collectés, et j’ai développé un goût affirmé pour les coupes, les formes et les matières.

Maylis Mignot, couturière-styliste, nous aide aussi pour réaliser la toile (le brouillon de la future pièce) puis le patron.

Êtes-vous ouverts à des collaborations avec des créatifs, et si oui, lesquels?

Oui bien sûr! Nous travaillons déjà avec de nombreux créatifs, dont la photographe Lucie Sassiat pour les shootings des Récupérables, et les créatrices de lampes des Résilientes avec qui nous avons imaginé une collection spéciale pour Super Green Heroes.

Nous collaborons également pour notre prochain événement avec des étudiants de l’école Nationale Supérieure de Paysage de Versailles. Nous souhaitons poursuivre ce type de partenariats pour produire les scénographies et mobiliers de nos événements.

Dans un futur proche, nous aurons besoin d’un graphiste pour revoir l’identité visuelle d’Ethipop!